RWANDA : LE REGIME DU FPR RATTRAPE PAR SES PROPRES ERREURS : NGABOYAMAHINA FRANCOIS VICTIME DES SEVICES ELECTORAUX.

Les Forces Démocratiques Unifiées (FDU INKINGI), parti politique d’opposition au régime du Front Patriotique Rwandais (FPR) au pouvoir au Rwanda, dénoncent avec véhémence les violences graves que continue d’exercer le régime du FPR sur les citoyens rwandais.
Les FDU Inkingi ont lancé le 29 mai 2017 un communiqué mettant en garde le parti Etat FPR de spolier les Rwandais en ordonnant à tous les salariés aussi bien du secteur public que privé, de lui verser 50% de leur salaire pour soutenir la candidature de Paul Kagame, président du parti FPR et président de la République, au simulacre d’élection présidentielle qui sera organisée le 4 août 2017.
The Unified Democratic Forces (FDU Inkingi), a political party opposed to the Rwandan ruling party, RPF regime, strongly condemns the continuing violence carried out by the regime against Rwandan citizens.
On May 29, 2017, FDU Inkingi issued a statement condemning the extortion of money from Rwandans which consists of instructing all employees in both the public and private sectors to pay 50% of their wages to support the candidacy of President Paul Kagame, chairman of the ruling RPF party, for the flawed presidential elections scheduled for August 4, 2017.
De sources bien informées, les FDU Inkingi apprennent aujourd’hui encore que les services de renseignement  intérieur  s’en prennent à un certain Ngaboyamahina François, enseignant à l’école primaire de Gasovu, village Gasovu, cellule Kanyana, secteur Rugendabari, district de Muhanga en province du Sud, pour s’être confié à des amis en leur disant que lors de la prochaine élection présidentielle, il ne donnera pas sa voix à Paul Kagame.
Ayant entendu cela, l’un de ses amis a accouru alerter un responsable du service intérieur de renseignement (NISS), Monsieur Gasana Alfred, qui a directement réagi en téléphonant la police de Rugendabari, pour lui demander de procéder à l’arrestation immédiate de Monsieur Ngaboyamahina. Monsieur Gasana a donné des directives précises à la police,  en lui disant : « Aussitôt que vous l’aurez arrêté, vous lui ferez part de son état d’arrestation et de la raison pour laquelle vous l’arrêtez, ensuite vous lui demanderez la suite qui doit lui être réservée ». La police s’est rapidement exécutée pour arrêter Monsieur Ngaboyamahina et lui a posé la question-clé, comme le lui avait recommandé le responsable des renseignements.
Par chance, profitant d’une petite distraction des policiers, Monsieur Ngaboyamahina  François a pu s’esquiver et s’échapper de leurs mains. Il est aujourd’hui activement recherché par la police et par les services de renseignements depuis bientôt deux mois comme s’il était un criminel.
Et pourtant, la Constitution de la République du Rwanda dispose en son article 8 alinéa 3 : « Tous les citoyens rwandais des deux sexes qui remplissent les conditions légales, ont le droit de voter et d’être élus ». Mieux encore, aux termes de l’article 9 : « L’Etat rwandais s’engage à se conformer aux principes fondamentaux suivants et à les faire respecter : 4° L’édification d’un Etat de droit et du régime démocratique pluraliste, l’égalité de tous les rwandais…… »
Dès lors, il est clair que Monsieur Ngaboyamahina n’a commis aucune infraction pour être ainsi malmené. Bien au contraire, Monsieur Gasana Alfred et les policiers concernés de la station de police de Rugendabari devraient plutôt être poursuivis par la justice pour violation de la Constitution rwandaise.
Le comportement des services de sécurité démontre encore une fois que le régime rwandais est et bel et bien un parti état et qu’il est donc inutile pour un parti d’opposition de participer aux élections présidentielles prévues en aout prochain. Il y a lieu aussi de rappeler que la Commission électorale vient d’annoncer qu’elle va censurer les affiches publicitaires des candidats de l’opposition.
Les FDU Inkingi sont profondément indignées du comportement irresponsable de ceux qui se disent responsables de la sécurité, qui ont normalement pour mission de protéger les citoyens, mais au lieu de cela, ils deviennent la cause de leur insécurité.
Les FDU Inkingi appellent encore une fois le Président Paul Kagame et toute son équipe du FPR à libérer tous les prisonniers politiques et à libéraliser l’espace politique pour tous les citoyens rwandais.
Fait à Londres, le 31 mai 2017
Pour les FDU INKINGI
Justin Bahunga
Commissaire aux Relations Extérieures et Porte-Parole
Contact : infocomrelext@fdu-rwanda.com 
Press- release.NGABOYAMAHINA-FRAThe FDU Inkingi has learnt from reliable sources that the internal intelligence services are targeting a certain Ngaboyamahina François, a teacher at the Gasovu Primary School, Gasovu village, Kanyana cell, Rugendabari sector, Muhanga district in the southern province, for having confided to friends that he would not vote for President Kagame at the next presidential elections.
Upon hearing this information, one of his friends rushed to alert an Internal Intelligence Officer (NISS), Gasana Alfred. The latter immediately called Rugendabari police instructing them to immediately arrest Mr. Ngaboyamahina. Mr. Gasana gave specific instructions to the police, saying: “as soon as you have arrested him, you will inform him of the reasons for his arrest, then ask him what he expects to be his punishment “. The police quickly executed the instructions by arresting Mr. Ngaboyamahina and asked him the key question, as recommended by the intelligence officer.
Fortunately, taking advantage of a small distraction of the police, Mr. Ngaboyamahina Francois slipped away and escaped from their hands. He is now being hunted down by the police and intelligence services for nearly two months as if he were a criminal.
Yet the Constitution of the Republic of Rwanda provides in Article 8 (3) that “all Rwandan citizens of both sexes who fulfil the requirements provided for by the law have the right to vote and to be elected”. Better still, under Article 9: ” The State of Rwanda commits itself to conform to the following fundamental principles and to promote and enforce the respect thereof:   including among other things (4): building a state governed by the rule of law, a pluralistic democratic government, equality of all Rwandans and between women and men reflected by ensuring that women are granted at least thirty per cent of posts in decision making organs;”
Therefore, Mr. Ngaboyamahina did not commit any offense to be so mistreated. On the contrary, Mr Gasana Alfred and the involved police officers of Rugendabari should rather be prosecuted for violating the Rwandan Constitution.
FDU Inkingi is deeply indignant at the irresponsible behaviour of those who claim to be responsible for people’s security and should be protecting citizens, to be instead causing them insecurity.
The behaviour of the security services again demonstrates that the Rwandan regime is indeed a state party and that it is therefore unnecessary for an opposition party to participate in the presidential elections scheduled for next August. It should be recalled that the Electoral Commission has just announced that it will censor the advertising posters of opposition candidates.
FDU Inkingi appeals once again to President Paul Kagame and his entire RPF team to release all political prisoners and to open political space for all Rwandan citizens.
Done in London, on May 31, 2017.
For the FDU Inkingi
Justin Bahunga Commissioner for External Relations and Spokesperson
Contact: infocomrelext@fdu-rwanda.com
Press- release.NGABOYAMAHINA-ENG

Partager cette publication

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this