RWANDA: CINQUANTE QUATRE ANS APRES, LES RWANDAIS SONT EN DEUIL DE LEUR INDEPENDANCE

Il y a 54 ans, les rwandais étaient fiers de hisser leur drapeau pour proclamer leur indépendance de la tutelle Belge, après la reconnaissance du Rwanda par des Nations unies comme une Nation indépendante le 1ier Juillet 1962. A l’unisson, ils ont chanté leur hymne national et rendu hommage aux pionniers de la république et de l’indépendance, et en appelant les rwandais de toutes ethnies  de vivre ensemble dans la liberté, la démocratie, la paix et l’harmonie.  Le 1er janvier 2002, le régime du FPR décida de changer l’hymne national . Sous toile de fonds, il enleva tout ce qui a trait à la République et aux ethnies composantes du Rwanda, mais continua à donner un vibrant hommage à ceux qui se sont battus contre le « joug colonialo-impérialiste ».
Mais que reste-t-il de cet héritage ?  Que reste de la souveraineté nationale ?
Actuellement, le Rwanda vit sous un nouveau monarque absolu, soutenu par une poignée de lobbies étrangers, qui détient tous les pouvoirs, exerce la justice et réprime toute voie discordante, a droit sur la vie et à la mort, spolie les terres des agriculteurs et les richesses nationales et les redistribue à ses partisans et aux étrangers.
Le peuple a perdu toute sa souveraineté, c’est le Président et son parti qui décident qui a droit à tel ou tel poste politique. Il change à sa guise la Constitution  déjà taillée sur mesure. Au lieu d’allouer des maigres ressources à une population rurale qui dépasse 95%, le Président Kagame achète et accumule les armes pour faire taire son peuple, pourchasser les réfugiés et assassiner ceux qui sont considérés comme « ennemis » pour oser dénoncer son totalitarisme. Le Rwanda vit sous une oppression qui n’a rien à envier la période coloniale.
L’Université nationale et des Instituts supérieurs sont aux mains des étrangers, ; les violations des droits de l’homme sont devenues  structurelles et la liberté d’expression est au point mort.
Ce cinquante quatrième anniversaire les Rwandais le passent dans la misère et en deuil. La misère que le gouvernement du FPR a de plus en plus de la peine à cacher ; Le Rwandais ne peut plus manger à sa faim.
Deuil de ne pas pouvoir habiter ou travailler dans le pays, de sortir et de rentrer quand on en a envie. Deuil de ne pas exprimer ses pensées, ses idées et de s’épanouir politiquement. Deuil discriminatoire entre les morts.
Les rwandais vivent dans une angoisse de voir surgir brusquement une nouvelle guerre meurtrière, car toutes les portes d’une possible alternance politique pacifique sont hermétiquement verrouillées.
Les FDU – Inkingi saisissent cette occasion pour appeler tous les rwandais à se ressaisir et prendre en mains, comme un seul homme, leur destin et devoir civique d’arracher du régime totalitaire leurs droits inaliénables de liberté d’expression et d’association, droit à la vie, à la dignité humaine et a la démocratie.
Vive l’indépendance du peuple rwandais
Vive le peuple rwandais.
Fait à Bruxelles le 1 Juillet 2016
Joseph Bukeye
Deuxième Vice-Président des FDU-Inkingi

Partager cette publication

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this