LES FDU-INKINGI SE FELICITENT DU JUGEMENT DE LA COUR AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES SUR LE CAS DE Mme VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Nous venons d’apprendre avec satisfaction, le jugement rendu par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), sise à Arusha(Tanzanie) dans le procès qui opposait la prisonnière politique, Mme Victoire Ingabire Umuhoza au gouvernement rwandais, dirigé par le FPR-Inkotanyi. La CADHP  a confirmé qu’il y avait eu beaucoup d’irrégularités dans ce procès.

PRESSE RELEASE

We have learnt with satisfaction the judgement of the African Court of Human and Peoples ‘ Rights, based in Arusha -Tanzania) in the case of the political prisoner, Mrs Victoire Ingabire against the Rwandan government, confirming that she did not get a fair trial in Rwanda, highlighting several violations of her Rights including freedom of expression and absence of internationally recognised standards relating to her legal defence.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Nous venons d’apprendre avec satisfaction, le jugement rendu par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), sise à Arusha(Tanzanie) dans le procès qui opposait la prisonnière politique, Mme Victoire Ingabire Umuhoza au gouvernement rwandais, dirigé par le FPR-Inkotanyi. La CADHP  a confirmé qu’il y avait eu beaucoup d’irrégularités dans ce procès.

LES FDU INKINGI sont confiants que le Conseil des Ministres de l’Union Africaine veillera à la bonne exécution de l’Arrêt conformément à l’article 29 alinéa 2 dudit Protocole et qui dispose: “Les arrêts de la Cour sont aussi notifiés au Conseil des Ministres qui veille à leur exécution au nom de la Conférence.” Maintenant que le Président Paul Kagame est chargé de la réforme des Institutions de l’Union Africaine et sera aussi Président en exercice de l’UA l’année prochaine, il devra donc servir d’exemple pour le respect des décisions de ces Institutions.

Mme Victoire Ingabire Umuhoza, est rentrée au Rwanda le 16 janvier 2010, en vue de faire inscrire son parti, les FDU-Inkingi et de participer aux élections présidentielles d’Août 2010. Depuis son arrivée au Rwanda, le régime Rwandais qui ne tolère aucune voix discordante a commencé à la persécuter en la menaçant psychologiquement et physiquement via les journaux et les ténors du régime.

Face à sa détermination, le pouvoir a décidé de passer à la vitesse supérieure en lui fabricant des accusations politiquement motivées en vue de la mettre aux arrêts, ce qui fut réalisé le 14/10/2010, après qu’elle ait été empêchée de participer aux élections présidentielles. Comme tous les opposants avant ou après elle, elle a été accusée d’enfreindre les lois liberticides sur base des articles du code pénal : 461: Infraction contre le Pouvoir établi ou le Président de la République  et 463: Provocation du soulèvement ou des troubles de la population.

Le procès, qui s’en est suivi, a été caractérisé par des irrégularités majeures relevées par tous les observateurs comme des Organisations non gouvernementales tels que Avocats sans Frontières, Amnesty International, Human Right Watch, FIDH , le Parlement Européen…et bien d’autres.

A l’issue de ce procès inéquitable, Mme Victoire Ingabire a été condamnée à une peine de huit ans de prison, peine alourdie par la Cour Suprême à 15 ans de prison en appel. Ne pouvant pas bénéficier d’un procès équitable au Rwanda, elle s’est tournée vers la CADHP. Le jugement qui vient d’être rendu, confirme bien la nature politique du procès intenté à la présidente des FDU-Inkingi.

Malgré le manœuvres dilatoires du gouvernement rwandais et les tentatives d’entraver le processus normal, notamment en faisant nommer par le Sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine la juge Marie Thérèse Mukamulisa auprès de cette Cour en juillet 2016, alors qu’elle avait déjà siégé à la Cour Suprême du Rwanda pour condamner Madame Victoire Ingabire Umuhoza, les FDU-Inkingi se félicitent que les juges ont tenu à rendre une justice équitable malgré les pressions exercées sur eux.

Les FDU-Inkingi demandent aux pays membres de la CADHP, d’user de leur influence pour exiger de la République du Rwanda, de mettre en exécution le jugement rendu.

Aux termes de l’article 30 du Protocole relatif à la Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples portant création d’une Cour Africaine des droits de l’homme et des Peuples:“Les Etats parties au présent Protocole s’engagent à se conformer aux décisions rendues par la Cour dans tout litige où ils sont en cause et à en assurer l’exécution dans le délai fixé par la Cour.”

Les FDU-Inkingi, demandent au gouvernement Rwandais d’ouvrir l’espace politique et de libérer sans condition, tous les membres du parti FDU Inkingi et autres prisonniers politiques et d’opinion.

Fait à Paris le 24 Novembre 2017

Pour les FDU – INKINGI

Dr Emmanuel Mwiseneza

2ème Secrétaire Général

Email: emwiseneza@hotmail.com

Phone : +33-650-293-997

Jugement__final_VIU_CADHP_24-11-17

The Inkingi UDF is confident that the Council of Ministers of the African Union will ensure the proper implementation of the ruling in accordance with article 29 (2) of the protocol to the African Charter on Human and Peoples ‘ Rights establishing an African court of Human and Peoples ‘ Rights: ” and which provides: “The judgments of the Court shall also be notified to the Council of Ministers which shall ensure their implementation. We also hope that President Kagame who has been charged with reforming the institutions of the African Union and is to become its chair next year 2018, will be a role model for other African Heads of State in respecting the decisions of the organs of the African Union.

Mrs. Victory Ingabire returned to Rwanda on 16 January 2010, to register her party, the UDF-Inkingi and to participate in the presidential elections of August 2010. The Rwandan regime which does not tolerate any dissenting voice persecuted her since her arrival in Rwanda. She was harassed physically and attacked psychologically through pro government newspapers.

Unable to break her will to stand in the presidential elections and keen to end her political career, the regime jumped the gun by arresting her on October 10, 2010 and eventually charging her in a politically motivated trial.  Like all other critics of the regime she was charged among other things of violating two articles of the Penal Code: 461” Offence against the established power or the President of the Republic” and 463: “inciting insurrection or trouble amongst the population”.  Hence dissent is criminalised under these laws, making Rwanda a de facto one-party state.

She was finally sentenced to eight years ‘ imprisonment, and on appeal to the Supreme Court by the High Court the sentence was raised 15 years. Shed did to lose faith in her battle for justice which she could get from her own country. She turned to the ACHPR.

The trial was characterized by major irregularities identified by all independent observers and non-governmental organizations such as Amnesty International, Human Right Watch, FIDH, the European Parliament.  The ruling passed by the African Court for Human and Peoples Rights has confirmed the political nature of the trial of the president of FDU-Inkingi.

The FDU-Inkingi is quite pleased that the judges have done justice to its President Victoire Ingabire Umuhoza, albeit the tactics and attempts of the Rwandan government to obstruct the normal process. One of the tactics was to get the Summit of Heads of State of the African Union, held in Kigali in July 2016, to appoint Judge Marie Thérèse to the bench of the African Court even though she was on the panel of judges at the Supreme Court of Rwanda who sentenced Mrs Victoire Ingabire.

The UDF-Inkingi urges member countries of the ACHPR to use their influence to demand from the government of Rwanda to implement the ruling.

Under article 30 of the Protocol on the African Charter on Human and Peoples ‘ Rights establishing an African court of Human and Peoples ‘ Rights: ” The States Parties to the present Protocol undertake to comply with the judgment in any case to which they are parties within the time stipulated by the Court and to guarantee its execution.

The FDU-Inkingi, call on the Rwandan Government to open the political space and unconditionally free all members of the FDU-Inkingi Party and other political and prisoners of conscience.

 

Done in Paris, November 24, 2017

For the UDF-INKINGI

Dr. Emmanuel Mwiseneza

2nd General Secretary

Email: emwiseneza@hotmail.com

Phone: +33-650-293-997

Ruling VIU)

Partager cette publication

Previous Next
Close
Test Caption
Test Description goes like this